• C'était un matin, alors que la berceuse des oiseaux faisait vibrer mes tympans, que la lumière de l'aube se reflétait dans mes pupilles, que l'air humide m'hérissait le poil, et que la brise emportait dans une valse ma chevelure, que je t'ai rencontré. Toi, qui est venue à moi, vêtue de noir, marchant lugubrement vers moi. Tu m'as dit quelque chose d'imperceptible à toute ouïe, mais moi, j'ai compris, avant que je ne m'éfondre dans tes bras, et, que tu m'emporte, au loin. J'ai eu un sentiment de regret inexplicable en tombant dans tes bras. Mais tu m'attirais, toi dont le nom est la mort.


    Voilà, j'espère que ce tout petit texte vous a plu. Pour ceux et celles qui ont déjà lu mes textes, ils doivent déjà savoir qu'en général, je n'écrits pas des textes très joyeux, mais c'est mon style !

    Je ne suis pas très convaincue de ce texte-ci, mais ce n'est qu'une première ébauche, histoire d'avoir des conseils pour m'aider à m'améliorer, ce serait sympas de votre part :)

    Si je devais émettre une critique à ce texte, c'est qu'il y a de nombreuses répétitions, et que je n'est pas réussi à exprimer tous ce que je voulais. Après, je me répète mais ce n'est que la première ébauche, de ce fait, je pourrais petit à petit, rajouter ce que je souhaite, je l'espère !

    Merci d'avoir lu ce texte, bien qu'il soit mauvais. Je remercie d'avance les personne qui daigneront me donner des conseils !

    Des bisous~

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique